Les tops

Les tops des entreprises par secteur d'activités
et par départements

Carte
Les trophées

Les trophées des entreprises decernés
par le jury de chaque département

Le trophée
Edito Des signes... De Niort à Blois en passant par Poitiers, de Châteauroux à Tours, pas de triomphalisme affiché. Y compris dans des secteurs qui semblent pour le moins porteurs. Mais, sur l'ensemble de notre zone de diffusion, de réelles raisons d'espérer, et une multiplication de signes encourageants. Assez pour confirmer à minima les frémissements ressentis voici un an. Assez, surtout, pour aborder 2018 avec, sinon sérénité, du moins de nouveaux espoirs.
La prudence naturelle des entrepreneurs comme des décideurs locaux empêchent les uns et les autres de parler, enfin, de « sortie de crise ». Mais les constats positifs, sur le terrain, se multiplient depuis quelques mois.
Ici, moins de chômage parmi les jeunes. Là, une « décélération » du nombre des demandeurs d'emploi. À croire que « l'inversion de la courbe » promise depuis si longtemps pourrait trouver confirmation en 2018.
Une industrie aéronautique performante dans le Loir-et-Cher à l'image de Daher-Aerospace qui voit son carnet de commandes se remplir pour les trois ans qui viennent. Des patrons poitevins qui investissent, y compris dans de nouveaux locaux et peinent même à recruter... Difficulté de recrutement constatée également dans les Deux-Sèvres où pourtant nombre d'indicateurs ont viré au vert : taux de chômage en baisse, comme les licenciements, et reprise du travail temporaire.
Faute de gros chantiers partout, le BTP n'est pas forcément logé à la même enseigne d'un département à l'autre. Mais là encore, le ciel semble se dégager durablement.
Quant au tourisme, l'exceptionnel millésime 2017 (en Val de Loire notamment), aura eu un impact plus que positif sur l'économie régionale. Merci Beauval, Chambord, Chaumont-sur-Loire. Ou encore Futuroscope. Des locomotives dont les investissements profitent à l'ensemble de notre territoire.
D'autres secteurs restent prometteurs : les services à la personne bien sûr, l'informatique, le numérique, ou l'agroalimentaire par exemple.
Autant de signes que les entrepreneurs attendent prudemment de pouvoir confronter aux premiers enseignements de la « nouvelle politique » et du flot de mesures prises par le gouvernement. Mais pas forcément dès 2018...
Christophe Hérigault
Indre Indre-et-Loire Loir-et-Cher Deux-Sèvres Vienne Deux-Sèvres Indre-et-Loire Indre Loir-et-Cher Vienne